Atelier solidaire – retour sur la réunion vélo du 3 septembre 2019 


Présents (17 personnes) dont  Xavier, Paul, François, Rosanna, Stéphane, Maud, Alexandre, Shahin, Josseline, Lauréna, Maxime, Aurélie, Céline, Marie, Jean-Laurent, Nabil.

Objectif de la réunion : débattre de la stratégie pour faire du vélo et des pistes cyclables une priorité pour les élections municipales de 2020.

Pour ce faire, le livre blanc de l’atelier solidaire et les diagnostics en pédalant des différents quartiers seront mobilisés.

A noter, l’association Paris en Selle a aussi rédigé un guide des aménagements cyclables. Il est source d’information pour les futurs aménagements cyclables

Toute aide à la rédaction de ce livre blanc est la bienvenue car il doit être enrichi et consolidé rapidement. Appel aux volontaires pour continuer la rédaction de ce livre blanc et intégrer les diagnostics.

Volontaires : Maxime, Lauréna, Josselyne et Paul. Qui d’autres se joint au groupe?

Les diagnostics en pédalant doivent aussi continuer, appel aux volontaires. 4 ont été organisés à ce jour, il faut couvrir la ville. Qui propose son quartier?

Un diagnostic en pédalant pourrait être organisé avec plusieurs candidats par exemple.

L’atelier solidaire pourrait aussi envoyer aux candidats un questionnaire d’une dizaine de questions et analyser les réponses pour évaluer la qualité des propositions du candidat en matière de vélo.

Présence sur les réseaux sociaux: il est important de donner une visibilité forte à notre mobilisation sur les réseaux sociaux. Il ne faut pas hésiter à partager sur les différents groupes comme audoniens et saint-ouen politique et faire des commentaires pour faire remonter les posts en tête des groupes.

Aujourd’hui, Plaine commune est un territoire très en retard dans la construction de pistes cyclables, notamment sur Saint-Ouen. Cependant, les choses bougent et les collectivités responsables de la voirie (Département du 93 et EPT Plaine Commune) ont de nombreux projets. Il y a par exemple un projet de piste cyclable sécurisée sur la rue du Landy (qui concerne surtout Aubervilliers et Saint-Denis) et sur les quais de Seine à l’Île-Saint-Denis. Il y a peu d’aménagements programmés à court terme pour Saint-Ouen, qui reste très en retard. Plusieurs points noirs ont été identifiés à Saint-Ouen :

  • l’avenue Gabriel Péri, considéré par le Département comme une voie cyclable “acceptable” alors qu’elle est très insatisfaisante pour les cyclistes locaux et l’atelier solidaire
  • la rue Albert Dhalenne, où une audonienne est décédée en 2018 dans un accident au niveau du conservatoire
  • l’avenue Michelet, dont le problème principal est le secteur du marché aux puces, qui est une zone difficilement aménageable en raison de la présence des commerçants sur les deux trottoirs de l’avenue, entre la porte de Clignancourt et le croisement avec la rue Bauer
  • le Pont de Saint-Ouen, dont la voirie a été refaite sans construction de pistes cyclables
  • L’avenue Victor Hugo ou un projet traîne depuis plus de 2 ans et ceux malgrès une visite de terrain
  • Les quais de Seine qui sont extrêmement dangereux

 

A Saint-Ouen, le Département prévoit trois axes cyclables particuliers : l’avenue Michelet (entrée de ville par porte de Clignancourt), l’avenue Gabriel Péri (entrée de ville par porte de Saint-Ouen) et l’avenue Victor Hugo (entrée de ville par le RER Clichy-Saint-Ouen).

Mais aucune date n’est annoncé à ce jour et cela traîne en longueur.

Une difficulté de la programmation des aménagements cyclables en région parisienne dans les années à venir est l’imbrication des compétences entre les différents acteurs publics : communes, EPT (Plaine commune pour nous), Départements et la Métropole du Grand Paris, qui établit un schéma de cohérence territoriale métropolitain (SCoTM), qui est en cours de concertation et qui est un document prescriptif qui s’imposera aux plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUi). Le PLUi de Plaine Commune est par ailleurs en cours d’élaboration actuellement. La difficulté est que le SCoTM est un document plus ambitieux, qui sera probablement prêt après le PLUi.

 

Une nouvelle “vélorution” était prévue le 28 septembre à l’origine. Comme la demande d’autorisation de la manifestation n’a pas été envoyée à temps, il apparaît plus prudent de décaler au mois d’octobre. Date arrêtée : le 12 octobre à 10h30. Le tracé pourrait passer par l’Ile-Saint-Denis sur une petite partie du parcours. Il ne sera probablement pas possible de passer par les puces.

Xavier s’occupe du dossier de demande de manifestation, Rozanna prépare le visuel pour la communication, Maxime contacte la presse et tout le monde relaie sur les réseaux sociaux.

 

Idées d’actions à mener dans les prochaines semaines :

 

 

  • vélorution le samedi 12 octobre 10h30

 

  • PLUi: contribution à remettre à l’enquêteur. RDV le samedi 28 septembre à 10h
  • le jour de la vélorution, installer un vélo blanc en hommage à la cycliste décédée sur la rue Albert Dhalenne (si accord de la famille qui va être contactée)
  • faire une demande à la mairie de délivrer le nombre de contraventions dressées pour stationnement sur les pistes – il s’agit d’une donnée administrative que la mairie est tenue de délivrer, en cas de refus, nous pourrons saisir la commission d’accès aux documents administratifs (CADA)
  • organiser un évènement “protège ta piste” (protection temporaire de la piste cyclable par des piétons positionnés au niveau du marquage au sol sur la bande cyclable) sur l’avenue Gabriel-Péri, devant l’Église Notre-Dame du Rosaire, le mardi 24 septembre à 19h. Pour ce faire, un tract pourra être élaboré (Paul prépare un texte, Rozanna fait la mise en page, Marie l’imprime) → RDV à 19h devant l’Eglise au métro Gabriel Peri
  • Peindre symboliquement une piste cyclable sur le pont de Saint-Ouen avec de la peinture blanche pour montrer que l’on veut une piste cyclable sécurisée.

 

Toutes aides sur l’organisation de ces évènements est la bienvenue. Appel aux volontaires!

Sur le sujet “élections municipales”, l’association “mieux se déplacer à bicyclette” (MDB) a organisé récemment une formation à laquelle Maxime (Paris en selle – Plaine commune) a participé.

 

Il se propose de transmettre cette formation à un petit groupe de quelques personnes pour avoir les bases afin de rencontrer les candidats audoniens.

Objectif : apprendre à mobiliser les élus et les candidats aux élections municipales sur la thématique du vélo. Les communes ont des moyens d’actions, mais pas ceux que l’on imagine ; les communes n’ont pas compétence sur les routes départementales et nationales par exemple.

Les élus peuvent en revanche demander des aménagements aux collectivités compétentes. Pour ce faire, il faut rencontrer tous les candidats, y compris ceux avec qui on n’est pas forcément d’accord (même si on peut par exemple décider de ne pas rencontrer le RN comme cela a été évoqué ce soir). Il faut dans un premier temps rencontrer les candidats déclarés. Il faut être positif avec le candidat, exposer des faits et des revendications (sur la base du livre blanc par exemple), utiliser des arguments comme par exemple les lieux qui posent problème, et centrer l’entretien sur la thématique du vélo. Des documents, photos ou vidéos peuvent être mobilisés, les cas d’accidents corporels de cyclistes. Il faut intéresser l’élu / le candidat en présentant des exemples de tracé pour protéger les cyclistes par exemple.

Il faut aussi avancer des arguments politiques en parlant de l’électorat.

Le très bon score des écologistes aux élections européennes est le signe de ce changement de mentalité. Le premier objectif est de faire du lobbying pour défendre le vélo, savoir ce que le candidat prévoit en la matière et défendre les propositions de l’association.

Volontaires pour participer à la formation : Jean-Laurent, Xavier Remongin, Marie Bégin. Qui d’autres?

 

Un comité vélo aura lieu le 12 octobre à Plaine Commune. Les volontaires, adhérents de l’atelier solidaire peuvent s’y rendre. Plus on est nombreux, mieux c’est!

Prendre contact avec Xavier si vous souhaitez venir.